Qu’est ce que plus que tout ?

Notes du 8 mai 2023

Qu’est ce que je veux ?

Plus que tout ?

Travailler avec des gens qui me font rêver.

Jardin des Plantes. Trouver un coin où Respirer. Asphyxie Parisienne

Ces derniers mois, je me suis beaucoup posée la question de ce métier. 

Pourquoi je n’étais pas autant excitée par les projets que je devais faire – que je faisais – que ce que je devrais ?

Au fond, pourquoi je n’ai jamais réellement été excitée par un projet depuis ma sortie d’école ?

Me suis peut-être trompée de vocation, qui sait. Visiblement je n’aime pas jouer – pour – les gens, (metteur.se en scène) je n’aime pas être au service de, asservir et assouvir une demande. ça m’ennuie profondément, ça me vide de mon énergie. 

Je râââle. Je baille j’attends que ça passe finalement.

Chaotique, on pourrait dire cette introspection.

Métier d’arty, oui, métier passion,

où a bien pu bien se cacher la joie, l’excitation.

Bien au fond.

 

Pourquoi ?

 

Je vois deux choses :

– Mes rêves de comédienne qui : nourrissent mon égo reconnaissance sociale, trophés oscars césars kdos.
– Mes rêves d’interprète qui : nourrissent mon bien être, mon mental, ma vitalité, ma réactivité.

Pendant que certains t’endorment au volant, d’autres te donnent du carburant.

Choisir sur le papier c’est facile, l’appliquer. T’fais moins le kéké.

Dans la course à la notoriété, ça donne du pouvoir, de l’autorité, du budget, c’est vrai 😉
Comment – comment être connue reconnue entendue sans se trahir intégrité, limitée. fit fit fitter. Rôles agents castings textes creux sans fin lamentations abandon. Être actrice oui oui il faut il faut, belle belle beauté bôbô. Actrice matérialisme surface lisse peinte peinturée piétinée masquée de combat trendy trend la trend tendance top top à cause des causes des luttes ah perdu. Lutter lutteuse menteureuse ah, c’est beau les causes sur la conscience repentie l’essence les sens l’essentiel, du sens au sentiment au ressentiment au sans ça, circée sentinelle sensationnel ouaaaais, la bonne con. non. la bonne connerie sous parures d’empathie. 

créer. Créer créer. créer créatrice, le vrai désir. retrouver, retour, retourner aux sources, retour a soi. à l’intérieur.

Le créateur acteur qui est là somnolant derrière la surface du moi.

Rêver créer rêver à créer créer de rêver.

Le rêve fait créer

Le création fait parler

Vrai.

Sans fausseté.

Montrer

Soi.

Un bout

de vérité

Caché

mais là.

tout près.

Dérobé

par

l’histoire

interprétée

par

le regardant.

au centre.

 

Et donc matérialiser comment matérialiser et non pas anesthésier on se fait anesthésier par quoi ?

Cette envie de créer. Boum bim bam la procrastination montre le bout de son nez, comment la contrée ?

Parce qu’elle arrive sans frapper, en plein élan de toute son éloquence il t’arrête ce mot pro. en plein projet. en pleine répétition subitement même en pleine action coupé jouez ! ai-je dit, parlez donnez donnez un peu de générosité expirez ! exprimez, vous, acteurs anxieux. Mmmh. Est-ce vraiment ça monsieur, madame, une création ? une production ? De l’art ? Mmmh. Laissez. moi. en douter.

Pour retrouver le feu de la flamme, déjà le brasier, faut savoir pour qui pourquoi avec qui et avec quoi. 

Qui t’as donné envie et pourquoi 

Choisir de partir quand ça ne va pas. 

Manger un cake au courage sans le chier.

Qu’est-ce – qui m’excite dans ce métier ?

Avec quoi je veux m’amuser ? 

Moi, toi, nous QUOI ? réponds sans tricher. 
Ne sois pas raccords, n’embellis pas les bords, bien pensante pesante asphyxiante éreintante raccords de quoi ? Raccords avec un cadre le cadre l’humilité ? Matrixé du cerveau, c’est _ ça qu’on est. Cadre cadre carré cartonné carton pâte à mâcher mastiquer se matraquer l’esprit à qui dire oui qui suiiiiivre dans la bonne conduite on se prend la tête dans les coins de ce carré de l’éthique la morale, normale la norme nommant ce qu’est ou pas alors, à quoi, nous sert l’art ? si il est lissssssé pyramidalement lissé géométriquement calculé, étiquette étriquée du “milieu” encerclé qui tombe de paresse contre le contexte – le con test – la contestation à force d’avoir la tête dans l’trou d’la caverne.

J’ai cité à l’écrit ceux qui m’ont titillé, qui font frémir le désir qui réveillent l’ardeur et donne le courage de se retourner pour voir le rayon tranchant de la lumière qui entre pour tout renverser. désamorceurs des coeurs A.M. A.Z. V.L B.H 

C’est quoi le lien leur liens ? 

Tous – toutes t’embarquent dans leur têtes ils, elles proposent mêmes aux prémices de quelque chose, un projet ? La vision, et l’intuition est claire, l’imaginaire opère. ça rêve fort et ça partage ça pétille et donc ça te parle. C’est du ping-pong d’images. C’est donnant-donnant on se charge mutuellement une image ? un flash, alors tu flash la personne back et on avance alors ensemble dans le tourbillon de la création. Pour moi c’est ça se trouver, c’est ça collaborer, l’art de l’interprète ne peut que opérer à ce moment là, seulement. on ne peut pas se laisser se faire s’épuiser. C’est du respect. L’interprète nourri et rend palpable l’imagination du metteur en scène qui lui même alimente la sève de l’interprète. On ne recrute pas pour piller, je l’ai déjà énoncé et assécher en la suçant jusqu’à la moelle pour le bien de votre film ou mise en scene qui sera de toute évidence péter car vous nous aurez extorqué nous, vous, vendeurs de rêves. ceci n’est pas de la collaboration, ceci est un rapport d’employé.e et de patron. 

Ariane Mnouchkine nous disait, 

Les metteur.ses en scènes vous – nous, les acteurs – doivent la clarté et la précision.

Quand quelqu’un te fais entrer dans son monde et t’ouvre la porte de ses infinis, c’est puissant directement, tu ne peux pas l’ignoriez ou le niez, c’est là. Tu en aimes ou n’aimes pas la couleur ou la saveur c’est à ce moment llà. Qu’il faut faire le choix de rester ou partir. Si les couleurs ne sont pas accordées. Ou de rajouter les tiennes à la palette et ça veut dire que le croquis du tableau te parle, te plaît donc peut importe l’oeuvre finale, la collaboration artistique devient possible. Et le process’, c’est là la richesse, le blé.

Or quand toi, interprète tu arrives dans.e – sur un plateau vide, abstrait qui ne – où rien – ne vibre expliquez moi, et qu’on te commande de jouer, d’improviser, maintenant tout de suite, pas après, où est l’échange ? où est la relation ? Où est le partage ? Où est ce métier ?

Nos interprètes sont blessés, pressés à sec pour obtenir un bout de morceau d’une once de richesse, de chair mais la récolte est forcément pauvre et astringente, parce que quelqu’un qui te donne de son corps pour un projet sans blé, l’or fane.

Mais à nous de bien penser, ne pas se laisser embarquer dans des mirages. 

Faut trouver où bien se nourrir

Qu’est-ce qui empoisonne

Qu’est ce qui donne de l’énergie ou vide

C’est tellement important.

Faut faire des choix, des concessions, ouais.

Pour le meilleur.

Et parfois, on le trouve après beaucoup de périodes de “pire” mais sans ça, on aurait jamais su, ce qu’on aurait voulu.

Alors merci le bon déroulement de la vie,

La galère repositionne

Faire le point

Pause

Respire.

Et trouve ce qui inspire.

Toutes les voies sont bonnes.

Nos intuitions sont là pour une raison.

Faut plus leur faire faux bon.

Merci pour cette leçon.

 

 

 

 

 

Newsletter ↓

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *