Echec et Mate

Echec (et mate)

Échouer :

to fail
failed
(and) failed – again –

Take 1-2-3-6 / fail better fail harder fail stronger ? lol.
Then to be broke broke broken ? N O P E

DREAMS / NO FEAR

Aujourd’hui j’ai eu un bon goût d’échec en bouche à mastiquer,
et drôle, quelqu’un sur le set avait un t-shirt où au dos, on pouvait lire en gros :

“Don’t let your fears
stand in the way
of your deams
NO FEAR”

Today, I failed. Oh, yeah…
Je me suis bien faite submergée.

BIM / La honte 1 – Juliette 0
J’sais même plus si j’avais peur d’avoir honte ou honte d’avoir peur.

Note perso :

Quand tu sens que t’as pas le feu et que tu te cherches des excuses,
n’accepte pas, bordel, faut pas être butée. (x2)
Quand ton instinct te titille pour te prévenir que ça va partir en vrille,
Aie le courage de t’écouter.
S’autoriser à refuser, c’est aussi une cool manière de se respecter.

Parce que sinon, c’est echec et mat.
Aujourd’hui, je me suis bien faite mater. lol ?
Et franchement, non, j’aurai dû m’en douter.

L’impact au sol sur le coup, ça fait mal, mais voilà,
Il sert.
Si c’est arrivé, encore,
c’est bien qu’il y a une leçon à la clé.

Késako-ké-koi ? Qu’est-ce que j’en retire ?

Si : dès le début, j’le sens pas, même si je sais pas pourquoi, j’y vais pas. point.
Parce que si moi : j’y crois pas, ça ne marchera pas. point.

Donc, soit croire en son histoire, à savoir : soi dans ce contexte et c’est ok.
Ou alors : passer son chemin et tranquille, tout va bien.
Pour éviter bêtement de fail et de se plâtrer “shame” sur la face. Yes.

Que je l’écrive bien, cet effet, cette sensation bof-bof dans le corps pour qu’il l’imprime :
– Hey body, retiens et je te le dis en français : ne pas recommencer ça, s’teuplait.
Les graines du petit poucet, je les pose pas SUR, je les plante DANS le sol.
Je rate, je foire, j’fais n’imp parfois, je sais, je cherche où aller, je tourne et tombe,
MAIS je ne lâche jamais, j’apprends, je tente et je fais pousser.

Et je documente, t’inquiètes, pour prouver que l’échec, oui, oui c’est une étape vers le succès.
Faut pas croire, que c’est pas là dans les belles “success stories” c’est juste qu’on ne l’affiche pas dans son entièreté, ça fait tâche dans l’histoire…moi je pense que ça boost aussi.  Y’a un mec que j’estime qui a dit :

“A WINNER IS A LOOSER WHO TRIES ONE MORE TIME
CAN YOU WIN WITHOUT LOOSING ?
MOST PEOPLE JUST WANT TO WIN
IF YOU NEVER WANT TO LOOSE YOU ALWAYS LOOSE
BUT IF YOU’RE READY TO LOOSE YOU WIN.”

.Je le répète, l’échec, ça fait parti du process’

Les hauts et les bas c’est une question d’équilibre, quand on est sur le mauvais côté de la balance c’est à ce moment qu’on sait sur quoi il faut se focaliser pour progresser.

On avance, on avance sans se retourner pour le plaisir de se contempler pendant des heures dans le miroir de ce qu’on ne veut plus qu’il arrive, non, faut dire merci !

Le moment de l’expérience qui pique je crois vraiment qu’il est bénéfique pour repositionner ce vers quoi on veut aller et comprendre pourquoi il ne faut plus, pour soi, prendre telle ou telle route, là.
Et ça permet de se confronter à son niveau de persévérance. Est-ce qu’il est suffisant ? Est-ce qu’il faut la renforcer ? Parce que c’est seulement quand t’as l’impression de toucher le fond que tu vois si t’as assez de bagages mental ou non pour t’amortir niveau self-estime, pour te relever et continuer de tracer plutôt que de te dire, “c’est pas pour moi, ce métier”. Mais si, hi!hi! t’es juste en train de faire ton propre A/B testing.

Besoin d’un coup de boost, j’appelle :
Mr.Thomas Edison 

Je n’ai pas échoué. J’ai simplement trouvé 10 000 solutions qui ne fonctionnent pas”

“Notre plus grande faiblesse réside dans l’abandon ; la façon la plus sûre de réussir est d’essayer une autre fois”

Alors après la chute, toujours le rebond.
Travailler encore et encore cette leçon parce que,
Quand il devient automatique ? Tcha tcha le sol devient un joli petit trampoline.
Sur lequel, après, il est beaucoup plus simple de se propulser 😉

Note – à qui la verra – pour moi aussi, toi du futur qui viendra relire :

Bravo,
Jour d’un échec, t’assumes, recul et publication dans la même soirée,
– sans peur ni honte ni confusion –
paradoxe avec cette folle journée ou c’est précisément ce qui a été expérimenté.
Rappelle toi il y a un an en arrière, t’arrivais pas à mettre de mots sur tes sensations lors de la création LA.
Il y avait même un article de blog dont le contenu était : “Titre : Bouge toi ! Puis : Trouver le courage d’écrire, de publier et de ne pas effacer.”
Maintenant tu nommes et tu progresses.
Le ressentiment ne reste pas, les avantages de tomber apparaissent
De bonne augure pour la suite. L’élan est mis en place.
Continuer de tracer et s’écouter, plus s’aimer.

Publier avant minuit
23h55.

Newsletter ↓

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *